Les marées

Comprendre la marée, ses incidences sur les sorties en mer (kayak ou bateau, et même à pied !), est important pour le pêcheur et le plaisancier. En effet, il faut bien avoir conscience du danger que représente la méconnaissance du phénomène des marées, du fait des courants, des hauteurs d’eau sur les sondes des cartes, et de la montée rapide de la mer qui isole le pêcheur à pied sur un caillou… Combien de touristes (ou de locaux !) sont récupérés chaque année par les sauveteurs en mer parce qu’ils n’ont pas fait attention aux marées ? (et combien malheureusement n’ont pu être sauvés ?)

Un peu de théorie

Je vais essayer dans ce chapitre un peu rébarbatif de faire court et simple…
Les marées sont dues à deux phénomènes physiques :

  • la force gravitationnelle de la lune et du soleil
  • la force centrifuge causée par la rotation de la terre sur elle-même.

En théorie, si notre planète était une boule parfaite et recouverte d’eau, nous aurions droit à une marée haute et une marée basse deux fois par jour et toujours à la même heure. (Shema simplifié ne tenant pas compte des vraies orbites)

Attraction
Dans la réalité, les continents, les inégalités de profondeurs et l’inertie des masses d’eau entraînent des différences de fréquence et de marnage (différence entre la hauteur d’eau maxi et la hauteur d’eau mini d’une marée) en fonction des régions.
Prenons l’exemple des décalages en Manche :

decalage
Voilà pour la partie théorie.

Vive-eau / Morte-eau : cékoidon ?

On a vu plus haut que l’attraction de la lune et du soleil est responsable des marées. Il faut bien se représenter que la position respective de ces astres n’est jamais la même, puisque la lune tourne autour de la Terre, qui tourne autour du Soleil…
Lorsque la lune et le soleil sont en opposition, leurs forces s’additionnent : les mouvements d’eau sont conséquents. Quand le marnage est au plus haut sur une série de marées, on parle de marée de vive-eau.
Lorsque la lune et le soleil forment un angle droit par rapport à la Terre, leurs forcent se contrarient : les mouvements d’eau sont moins importants. Quand le marnage est au plus bas sur une série de marée, on parle de marée de morte-eau.
Généralement, on parle de période de vive-eau pour les coefficients supérieurs à 70. (j’en reparlerai plus loin)
Différents types de marées

On trouve 4 types de marées, mais les deux plus importantes sont les marées diurnes et les marées semi-diurnes (les deux autres sont des cas intermédiaires, une sorte de « mixage » des deux types cités)

  • Les marées diurnes permettent de voir une mer haute et une mer basse par jour
  • Les marées semi-diurnes permettent d’observer deux pleines mers et deux basses mers par jour. C’est le cas en France pour la côte atlantique et la Manche.

Le marnage

Le marnage est la différence entre la hauteur d’eau « au plein » et la hauteur d’eau « au bas ». Par exemple, la marée du 13/08/2015 à Paimpol :

La pleine mer (le plein) est à 07h13, la hauteur d’eau est de 9,75m. La basse mer (le bas) est à 13h34, la hauteur d’eau est de 2,40m. Le marnage est donc de 9,75 – 2,40 = 7,35 m.
Mais le marnage peut être complètement différent le même jour à un autre endroit, même proche, et ce pour plusieurs raisons que, pour faire simple, je ne détaillerai pas ici (une recherche sur Wikipédia aidera les plus curieux à comprendre). Je l’illustre par un autre exemple, la marée du même jour à Saint-Malo, le plein est à 07h12, la hauteur d’eau est de 10,90m. La basse mer est à 14h01, la hauteur d’eau est de 2,65m. Le marnage est donc de 10,90 – 2,65 = 8,25 m, soit presque 1 metre d’écart de hauteur entre deux ports situés un centaine de km de distance !
Nous allons voir en détail plus tard l’importance de ce marnage pour nos sorties pêche.

Le coefficient

Le coefficient de marée est un nombre sans unité entre 20 et 120 et qui est différent chaque jour. Son calcul est assez complexe, et là encore je ne m’étendrai pas sur le sujet pour ne pas faire fuir les allergiques aux maths.
Il faut simplement savoir que ce coefficient (que l’on retrouve sur les annuaires de marées), est calculé pour le port de Brest à partir du marnage. Ce coefficient nous donne une bonne idée de ce que sera le marnage, puisque plus le coefficient est élevé, plus le marnage est important (à l’inverse, plus le coefficient est faible, moins le marnage est important).
S’il fallait répartir les marées en catégories, on aurait :
1 – les marées extraordinaires de vive-eau (marées d’équinoxe), d’un coefficient compris entre 110 et 120. On les retrouve souvent en mars et en septembre
2 – les marées de vive-eau moyenne, d’un coefficient autour de 95
3 – les marées moyennes, coefficient autour de 70
4 – les marées de morte-eau moyenne, coefficient autour de 45
5 – les marées les plus faibles de morte-eau, coefficient mini de 20

Un exemple :

Capture

Les décotes et les surcotes

Certains phénomènes influencent les hauteurs d’eau dont je viens de parler.
On sait que la pression atmosphérique est déterminante : les hauteurs d’eau sont calculées pour la pression moyenne (1013 hectopascals).
Lorsque les pressions sont hautes (anticyclone), la pression de l’atmosphère sur l’eau l’empêchera de monter à la hauteur prévue (par exemple une variation de 20 hPa diminuera la hauteur d’eau calculée de 20 cm.
A l’inverse lorsque les pressions sont basses (dépression), la hauteur d’eau sera plus importante que celle calculée sur l’annuaire des marées.
Le vent a un rôle aussi important, car il provoque des vagues (houle) ; cela va créer des variations de niveau d’eau (en haut de la vague ou au creux de la vague). C’est important de le prendre en compte quand on passe en bateau au dessus d’un caillou : si la hauteur calculée est de 2 metres d’eau au dessus de cette roche, au creux d’une vague de houle elle pourrait n’être plus que de 1 metre !
Le vent , selon son orientation, va aussi engendrer des variations de hauteur : le vent de terre poussera l’eau au large, et la marée montera moins haut. Au contraire, le vent de mer va amener plus d’eau vers la côte…

Un peu de pratique

Ben oui, on fait quoi de tout ça ?
Et bien, ces éléments vont nous être bien utiles pour calculer la hauteur d’eau à un moment donné de la marée. Imaginons que vous souhaitez rentrer au port de Paimpol à marée descendante le 13/08/2015, mais que la cale n’est accessible qu’avec une hauteur d’eau de 5,20 m. Quelle est l’heure maximum où vous devrez être à la cale sans risquer de talonner ou de s’échouer ?
Un petit calcul simple à l’aide de la règle des douzième va nous être utile…
La règle des douzième donne l’évolution de la hauteur d’eau à partir de l’heure de marée haute ou de marée basse.
Dans notre région de marée semi-diurne, le « baissant » dure environ 6 heures et le « montant » dure lui aussi environ 6 heures. Sachant cela, il faut retenir :
A partir de la marée haute

  • 1ère heure : -1/12ème du marnage
  • 2ème heure : -2/12ème du marnage
  • 3ème heure : -3/12ème du marnage
  • 4ème heure : -3/12ème du marnage
  • 5ème heure : -2/12ème du marnage
  • 6ème heure : -1/12ème du marnage

(soit au total 1/12 + 2/12 + 3/12 + 3/12 + 2/12 + 1/12 = 12/12ème)
A partir de la marée basse, ce sera l’inverse, +1/12ème, + 2/12ème etc…
On commence par calculer l’heure marée (une marée ne dure jamais vraiment 12 heures). On va donc calculer cette heure marée (hmaree) très facilement :
Hmaree = (heure haute mer – heure basse mer)/6
Dans notre exemple, le plein est à 07h13 (hauteur = 9,75 m), le bas est à 13h34 (hauteur 2,40m), le marnage est de 7,35 m.

Capture
Hmarée = (07h13 – 13h34)/6
Hmarée = 6h21 (soit 381 minutes) / = 63 minutes environ
D’après la règle des douzièmes, après la première heure marée du baissant, la mer aura descendu de 1/12ème du marnage soit (7,35 * 1/12) = 0,61 m
Après la deuxième heure marée, elle aura à nouveau descendu de 2/12ème , soit 1,22m, et un total de 1,22 + 0,61 = 1,83 m !
A la 3ème heure marée, elle descend cette fois de 1,83 m, soit au total 3,66 m. (et ainsi de suite)
Une simple soustraction des hauteurs permet de savoir quelle est la hauteur d’eau restante à la cale à la 3ème heure marée :
Hauteur au plein – hauteur calculée, soit 9,75-3,66=6,09m
A la 3ème heure marée, il reste donc assez d’eau à la cale pour remonter le bateau. Cependant, on sait qu’à la 4ème heure, l’eau va encore baisser de 3/12ème de marnage, soit 1,83m en 63 minutes. Et donc de 3 cm par minute. C’est important à prendre en compte si on considère le temps d’aller chercher la remorque, et un éventuel « embouteillage » de bateaux à la cale, parce que c’est le mois d’aout… 20 minutes d’attente, c’est 60 cm d’eau en moins ! ca risque d’être juste !
Le plus sage sera donc d’arriver à la cale 2 heures ½ après le plein, histoire d’être sûr de ne pas s’échouer…

Cela est aussi bon à savoir pour avoir une idée des forces en présence ; à la 3ème heure de marée, (pour un coefficient de 100, marnage de 10 metres – exemple valable uniquement en Cotes d’Armor), imaginez la masse d’eau déplacée en 1 heure ! (je fais le calcul pour vous, je suis sympa) :
10 * 3/12 = 2,49 m . En 1 heure l’eau aura monté (ou baissé) de presque 2 m 50 ! Si vous restiez 1 heure à la même place sur la plage à ce moment, vous seriez entièrement recouvert d’eau… sans parler du courant très fort, bien sûr ! (pensez à la masse d’eau déplacée …)
En simplifiant, plus le coefficient est élevé, plus le marnage est élevé, plus ‘eau montera (ou baissera) vite. Quand on va pêcher à pied, c’est loin d’être négligeable car on peut vite se retrouver entouré d’eau, avec les conséquences dramatiques qui pourraient en résulter. De même pour les pêcheurs en kayak, un coeffcient élevé est synonyme de fort courant, pensez-y… lorsqu’il faut pagayer à contre-courant !
(L’onde de marée se propage à environ 30 nœuds en Manche soit 15 m/seconde, cette vitesse peut aller jusque 400 nœuds – 200m/s dans les eaux très profondes de l’Atlantique)

Prévoir à l’avance

Un pêcheur en mer averti en valant deux, il est tout de même préférable de prévoir et d’organiser sa sortie ; outre la météo, autre élément incontournable de la sécurité, il suffit de jeter un œil au site marees.info. Pour le port choisi, à la date qui nous intéresse, on aura les horaires, les coefficients, les hauteurs, marnages… et un marégramme.
Le marégramme de ce site est interactif : en cliquant sur la ligne des heures, ou sur la ligne des hauteurs, on fait apparaitre une ligne de hauteurs à un moment donné. Très utile quand on connait la hauteur minimum à la cale…

mereegramme

Quelques liens

Les horaires pour chaque jour : http://maree.info

presentation maree.info
Pour les forts en maths, ou pour compléter ses connaissances : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mar%C3%A9e
Une approche scientifique simple : http://villemin.gerard.free.fr/Science/Marees.htm
Un glossaire (et d’autre choses intéressantes : http://marees.free.fr/glossaire.html
Previsions marines à la côte :
1- http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-marine/cotes
2- http://marine.meteoconsult.fr/meteo-marine/previsions-meteo-abords-du-port.php
3- http://www.windguru.cz/fr/
4- http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-marine/bulletin
(ne pas hésiter à recouper les informations quelquefois contradictoires…)

Pour conclure

J’espère que cet article vous aura aidé dans la compréhension des marées ; Il y a tout un tas d’autres articles traitant du sujet, plus ou moins complexes ou complets. J’ai surtout voulu attirer l’attention sur les dangers de la marée, car même si la majorité des lecteurs sait déjà beaucoup du phénomène, il y a encore trop d’accidents par imprudence ou par méconnaissance du milieu. N’hésitez donc pas à le partager !

3 Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article by Stef

Mordu de pêche depuis plus de 35 ans, j'aime partager ma passion, notamment à travers la rédaction d'articles de blog. Nous avons décidé en août 2015 avec Edouard de mettre nos blogs respectifs en commun pour créer Fish à l'Affiche, blog collaboratif sur la pêche. De fil en hameçon, des potes sont venus grossir les rangs des rédacteurs, puis l'idée d'une association est née et grâce à Julien notre "bébé" est né en janvier 2016 : plus de 100 adhérents en 6 mois d'existence et 1200 likes sur la page Facebook ! De quoi nous motiver encore plus pour proposer de nouvelles choses à nos lecteurs et adhérents !