Lieus jaunes et white coco

Lundi, 18 heures, la sonnerie de mon portable me tire de ma rêverie. « Yo, Stef, ça te dit une petite pêche en kayak demain, c’est pétole ? » me lance Edouard de but en blanc. « Carrément ! et même plutot deux fois qu’une si on va pêcher vers Trebeurden… »

Préparatifs

Je laisse aussitôt un petit message sur la page Facebook de l’asso afin d’inviter les membres à se joindre à nous pour ceux qui le peuvent ou le veulent. Le rendez-vous est donné à 9h30, pour que nous puissions mettre à l’eau vers 10h, avec mise à disposition de kayaks pour que ceux qui n’en ont pas puissent également nous accompagner.

Sitôt dit, je vais préparer le matériel : les cannes, refaire les fluoros, vérifier la charge de la batterie, les leurres, tenues, vivier, bref, préparatifs fébriles car je ne suis pas allé pêcher la zone depuis plusieurs années. Je sais qu’à cette saison, les bars et les lieus jaunes devraient être présents, si ce n’est en abondance, au moins devrions nous profiter d’une belle journée. La météo annonce peu de vent, du soleil, ça devrait être pas mal.

Quel belle zone de pêche !

Quel belle zone de pêche !

 

Mardi, 7 heures, la sonnerie de mon réveil me sort de mon lit, bizarrement beaucoup plus facilement que s’il fallait aller au boulot… Un petit dèj vite avalé, les préparatifs et vérifications de dernière minute font passer le temps plus vite, il est déjà l’heure de partir. J’arrive le premier et commence l’armement du kayak. Meteo France ne s’est pas planté : il fait un temps superbe, un peu frais mais pour un 1er novembre on ne va pas se plaindre. Edouard et Julien arrivent peu après, nous ne seront malheureusement que 3. Les indispensables sont à bord, Crazy Sand Eel white coco taille 2 et 3, Black Minnow 120 tous grammages, sans oublier l’essentiel, les bières et les sandwichs. (comment passer une bonne session de pêche sans ça ???)

Ready, Set… Go !

On met à l’eau et rapidement on commence à prospecter. Il y a quelques detections de sprats, des aiguillettes, bref un peu de vie. Mais nous souhaitons trouver une zone avec un peu plus de fond et de courant pour bien faire travailler nos leurres. Chose faite quelques minutes plus tard, sur des ridains de sable à 25 m de fond. (sur cette zone on trouve très vite des profondeurs importantes, jusqu’à 40 m…)

Ca s'annonce plutot bien :-)

Ca s’annonce plutot bien 🙂

 

Il n’y a aucune detection au fond, pourtant, les ridains sont très prometteurs. Et justement, après deux ou trois dérives infructueuses, Edouard annonce « Pendu ! » C’est un bar maillé qui remonte à bord. Et d’un ! On se place bien sur la dérive, et les Crazy Sand Eel descendent pour une animation « verticale ». Ca va nous changer des tractions habituelles ! Edouard sort un autre bar (55cm), Julien remonte lui aussi un  bar (50 cm) puis j’enchaine avec un non maillé. On se dit alors qu’avec le tombant un peu plus loin dans le courant, ça devrait être plutot sympa.

Doublé de bars

Doublé de bars

Du steack

10 minutes plus tard, je descends mon Crazy White Coco ; Une fois au fond, petite tirée vers le haut, je laisse redescendre, nouvelle tirée, redescente, tirée encore et biiiiiim, cartouche de chez cartouche. Ca prend du fil, le Talisman chante une douce mélodie. J’annonce « çui-ci est maillé ! » entre deux rushs du gros steack qui s’annonce.

Ca plie !

Ca plie !

 

Rush !!!!

Rush !!!!

 

Et ça replie !!!

Et ça replie !!!

 

Le combat est rude sur du matos light ( SRLF Black Matt 5-20g), la canne plie mais ne bronche pas, et fatigue gentiment le poisson. Enfin, après un vrai plaisir pris à batailler, je vois une grosse masse jaune remonter à la surface. Hop, dans l’épuisette ! C’est un magnifique lieu jaune, de plus de 70 cm ; ça ne m’est arrivé qu’en bateau et au large, alors que là nous sommes en kayak à 800 m de la côte !

Et un gros lieu jaune, un !!!

Et un gros lieu jaune, un !!!

Le point étant marqué au sondeur, on se replace et les Crazy White coco retournent au fond. Cette fois c’est Edouard qui annonce « Poisson », et presque aussitot je me retrouve avec un gros rush qui fait plier la Black Matt. Nous remontons chacun un lieu jaune, plus de 70 cm aussi pour Edouard et un bon 60 pour moi.

Enchaînons…

On remonte la dérive, et là, comme dans un rêve, biiiim, pendu !!! pour Edouard, et Re-Biiiim, re-pendu pour Julien, et re-re-biiiim ! pendu pour moi !!! C’est un triplé, le truc de fou, on a trouvé THE ZONE, steackLand ! et ce sera à nouveau un 70 pour Edouard et moi, et 60 pour Julien. C’est l’euphorie sur l’eau, on a pas perdu la journée !

La zone semble pas mal...

La zone semble pas mal…

 

On continue un peu (enfin, on enchaine pas mal de dérives), avec presque à chaque fois un poisson pour chacun, même s’il ne sont pas aussi gros. Plusieurs lieus viennent crever la surface, et même un ou deux bars, les coquettes n’étant pas en reste.

Le courant se calme, et comme on a bien pourri la zone avec les différentes prises, on décide de changer de coin. Mais il faut arroser ce début de session, et les « pchttt’ des canettes nous désaltèrent autant que les sandwichs remplissent nos estomacs affamés.
En faisant route, au milieu du sable, nous tombons sur une belle detection. Les leurres n’ont pas le temps de toucher le fond que nous sommes attelés par 3 bars!! Malheureusement, en nous replaçant, les poissons ne sont plus là…

Aller plus haut

On cherche ensuite sur les plateaux plus haut, il y a vraiment du fond, 40 m ce n’est pas rien ! Julien qui s’est enlargé aura la chance d’apercevoir un Dauphin! Malheureusement pour nous, les prises escomptées ne sont pas là, et après une bonne heure à chercher, on décide de retourner vers les ridains.
Le courant commence à peine à revenir (la marée montante débute à peine), nous faisons presque du sur-place. Pourtant, quelques bars, lieus, veilles,et même orphie viennent mordre les Crazy que nous animons à peine au fond. La pêche en verticale en kayak, c’est presque reposant, si on exclut les moments ou il faut remonter le poisson 😀

Une session de rêve !

Une session de rêve !

Le courant est bien etabli maintenant, mais l’heure de rentrer approche. Nous avons fait une belle session puisque nous avons pris chacun plus d’une quinzaine de poissons variés dont la plupart est repartie à l’eau. Les gros lieus finiront dans l’assiette….

Crazy White Coco, leurre du jour

Sur le retour nous nous approchons des têtes de roche près de la côte, mais à part une orphie pour Julien, la session semble terminée. Ce sera un très bon bilan pour cette sortie exploration… avec des eclats de rire, une euphorie comme rarement,  du poisson, beaucoup de poissons… et quasiment tout avec un seul leurre. Le Crazy Sand Eel white coco est un indispensable pour ce genre de session. On y retournera…

A propos Stef

Mordu de pêche depuis plus de 35 ans, j'aime partager ma passion, notamment à travers la rédaction d'articles de blog. Nous avons décidé en août 2015 avec Edouard de mettre nos blogs respectifs en commun pour créer Fish à l'Affiche, blog collaboratif sur la pêche. De fil en hameçon, des potes sont venus grossir les rangs des rédacteurs, puis l'idée d'une association est née et grâce à Julien notre "bébé" est né en janvier 2016 : plus de 100 adhérents en 6 mois d'existence et 1200 likes sur la page Facebook ! De quoi nous motiver encore plus pour proposer de nouvelles choses à nos lecteurs et adhérents !
Ce contenu a été publié dans En Mer. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Lieus jaunes et white coco

  1. robert Miriel dit :

    Bravo à vous j espère ou le jour j aurai un kayak que je ferai des belles sortie de pêche comme cela et en plus avec les copains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *